Aller au contenu
Accueil > Karst pli Ouest : le programme Dem’eaux améliore la connaissance de cette ressource en eau souterraine

Partager :

Karst pli Ouest : le programme Dem’eaux améliore la connaissance de cette ressource en eau souterraine

karst pli Ouest bassin de Thau

Lancé en juillet 2017 sous pilotage du BRGM et avec le soutien de nombreux partenaires, le programme Dem’eaux vise à caractériser les eaux souterraines du bassin de Thau.

Il s’intéresse exclusivement au réservoir du Pli ouest qui alimente la ville de Sète en eau potable, Balaruc-les-Bains en eau thermale, des terres agricoles et la lagune de Thau via la source sous-marine de la Vise. Cet aquifère est soumis au phénomène d’inversac (entrée d’eau saumâtre) qui est susceptible de mettre en danger la pérennité de cette ressource. L’objectif du programme est donc de mieux connaître le fonctionnement de ce réservoir afin de mettre en place une gestion concertée de cette ressource stratégique pour le territoire. Au-delà, il s’agit également pour ce programme scientifique d’envergure de créer un démonstrateur 3D qui soit duplicable sur d’autres hydrosystèmes du bassin méditerranéen.

L’année 2019 a notamment été consacrée à l’équipement de la source sous-marine de la Vise, à l’acquisition du matériel pour la réalisation d’un concentrateur de données ainsi qu’à plusieurs travaux géochimiques, géologiques et hydrogéologiques. Ces travaux ont permis de nombreuses avancées :

Sur la source de la Vise, l’installation des équipements de mesure a permis de déterminer les premiers ordres de grandeur du débit d’écoulement, la dynamique de fonctionnement et une première caractérisation des échanges entre l’amont (source de la Vène à Cournonsec, Issanka) et l’aval (source de la Vise).

Au plan géochimique, l’approche développée sur le pli Ouest constitue une première en domaine karstique. De multiples campagnes d’échantillonnage ont été réalisées sur le territoire, permettant une meilleure compréhension du phénomène des inversacs.

En parallèle, le SMBT, qui sera, à terme, chargé de piloter le réseau de surveillance de cette ressource a développé un réseau de suivi hydrologique. 34 stations sont désormais visualisables dont 20 de façon automatique et journalière. Six d’entre elles sont directement gérées par le SMBT.

Au-delà des avancées techniques, le projet, en associant tous les acteurs concernés, permet d’évoluer vers une gestion collective de cette ressource. De nombreuses actions de concertation ont été menées en Commission locale de l’eau et au sein du groupe de travail gestion quantitative. La concertation et la mutualisation des connaissances seront utiles dans la prévention des crises. « Des tests de scénarios de gestion seront prochainement réalisés afin d’établir avec la Commission Locale de l’Eau les conditions d’une exploitation raisonnée des ressources souterraines », souligne François Commeinhes, président de Sète agglopôle Méditerranée, vice-président du SMBT délégué à l’eau, maire de Sète et président de la Commission Locale de l’Eau.

Ce programme d’une ampleur exceptionnelle a déjà permis de mettre en œuvre des outils exceptionnels. Les travaux menés sur Thau ont également permis de réviser la géologie régionale en Languedoc, des avancées susceptibles d’intéresser la communauté scientifique travaillant sur la chaîne Pyrénéenne, le Golfe du Lion ainsi que les réservoirs carbonatés et karstiques en milieu côtier. L’année 2021 sera consacrée à la création du forage profond sur la presqu’île de Balaruc-les Bains. Les carottes issues de ce forage seront l’occasion unique d’étudier la sédimentologie du réservoir et de caractériser ses propriétés. Ce forage permettra de valider le modèle 3D qui servira à la simulation des eaux souterraines au sein du réservoir karstique.

Faire défiler vers le haut