Aller au contenu principal

Vous êtes ici

Le Port de Sète

Porte logistique du sud de l’Europe, le Port de Sète bénéficie d’une situation géographique exceptionnelle, à l’ouest de la Méditerranée.

Desservi par 2 autoroutes, le fer, le canal du Rhône à Sète, ses atouts en matière d’accessibilité sont exceptionnels.

La Région, propriétaire du Port, a engagé un vaste programme de travaux de modernisation pour en faire la locomotive économique du territoire.

Le développement du Port

Depuis 2007, la Région et Port Sud de France ont lancé d’importants investissements pour restructurer, moderniser, fiabiliser et réorganiser les équipements portuaires. L’objectif est de booster l’attractivité et la compétitivité du Port de Sète pour en faire une infrastructure de référence en Méditerranée.

L’enjeu est double : soutenir l’activité économique et l’emploi et agir en faveur du développement durable.

Le trafic du Port de commerce a largement évolué depuis 2008.

L’activité conteneurs, les tonnages vracs et les croisières sont en progression.

Une action volontariste est également menée en matière de gestion environnementale : assainissement, gestion des déchets, gestion du ruissellement.

 

Le Port en chiffres

1er Port de pêche français en Méditerranée

+ de 4000 tonnes de produits de la Mer débarqués pour une valeur de près de 15 millions d’euros

30% de la production de la pêche française en Méditerranée

15ème Port de pêche français en volume

1er port de pêche français pour le poulpe

2ème port de pêche français pour le merlu et le chinchard

3ème port de pêche français pour la daurade royale.

 

La mutation de l’organisation portuaire 

Le volet littoral du Schéma de Cohérence Territoriale intervient pour accompagner l’évolution du port et lui réserver les espaces dont il a besoin pour fonctionner et se développer de façon satisfaisante.

La mutation du territoire portuaire est enclenchée depuis plusieurs dizaines d’années.

Les orientations fondamentales :

  • Le grand espace industriel lié au port et développé sur les berges de la lagune de Thau (entre Sète et Balaruc-les-Bains) doit évoluer et l’industrie n’a pas vocation à se maintenir en bordure de la lagune.
  • La création d’une grande digue en mer (ZIFMAR)est programmée. Elle protègera un important bassin permettant de relier le port de commerce et le nouveau débouché du canal du Rhône à Sète : le bassin fluvio-maritime, qui devient le nouvel espace de développement du port.

Le bassin fluvio-maritime a été créé au début des années 2000. Il consacre le glissement de l’activité portuaire sur la façade maritime, phénomène connu de tous les ports mondiaux. Il consacre également une nouvelle vocation multimodale au port de Sète-Frontignan : la multimodalité mer-fleuve, qui est également favorisée par un important programme de modernisation du canal du Rhône à Sète (100 millions d’euros investissements en cours).

Nouvelle propriété de la Région LR, le port de Sète passe d’un site industriel établi sur les berges de Thau, à un outil logistique intermodal, porte d’entrée et de sortie du Languedoc-Roussillon ; cette vocation étant par ailleurs consolidée par l’amélioration d’autres infrastructures (autoroute A75 par exemple, permettant une pénétration à l’intérieur du territoire régional et au-delà).

Le volet littoral et maritime du SCOT prend un certain nombre de dispositions pour organiser l’aménagement du territoire dans cette dynamique de projet :

  • Il réserve au port les zones nécessaires à la multimodalité mer-fer en entrée de Sète (terrains embranchés fer et en accès direct à la zone portuaire,
  • Il organise l’accès au port par la RD600, devant être aménagée pour supporter les flux liés à l’activité du port. Il réserve des espaces à proximité directe de cette infrastructure pour que puissent s’y développer les activités logistiques, en complément des zones déjà réservées sur les zones économiques de Sète.
  • Il affecte à des fonctions autres que portuaires les espaces inadaptés à des fonctions logistiques : zones excessivement enserrées dans le tissu urbain sétois et non appropriées à l’accessibilité routière ou maritime (largeur des canaux), RD2 le long de la lagune de Thau qui doit être préservée du trafic portuaire et réaménagée pour une meilleure adaptation à l’environnement proche constitué par la proximité immédiate de la lagune et des activités qui y sont mise en avant (conchyliculture et pêche), mais également par son caractère de lien entre la ville centre, la station thermale de Balaruc-les-bains et l’ensemble du nord du territoire. 

 

Le projet de parc Eco-logistique

Le développement du port de Sète passe par la mise en place de bases logistiques arrières.

Le projet de parc Eco-logistique à Poussan est lié au positionnement du port sur sa fonction logistique. Il n’a pas vocation à devenir un site industriel, mais doit permettre l’accueil d’entreprises et d’activité logistiques qui pourraient bénéficier de la proximité immédiate du port, sur l’accès autoroutier direct de ce port.

Cette zone doit permettre la création de 1600 emplois.

Il devient l’unique site de développement portuaire hors secteur de Sète-Frontignan et se substitue aux sites précédemment identifiés par le Schéma de Mise en Valeur de la Mer pour un développement industrialo-portuaire (Balaruc-le-Vieux, nord de Mèze).

Il a été retenu car il présente des caractéristiques idéales de positionnement au nœud de l’A9 et du RD600 (accès direct au port), mais également du fait de son caractère déjà marqué en termes d’infrastructures existantes (routières et autoroutières essentiellement) et projetées (Ligne Grande Vitesse).

Le site, localisé en contrebas de la zone urbanisée de Poussan, est soumis par le volet littoral du SCOT à des normes élevées en matière d’approche environnementale. Son aménagement devra notamment permettre une amélioration du régime de ruissellement vers l’aval et une progression dans la protection du milieu de réception qu’est la lagune de Thau. 

A voir aussi