Aller au contenu principal

Sur les onze entreprises lauréates de l’appel à projets « Avenir Littoral » lancé par la Région Occitanie dans le cadre du Plan Littoral 21, deux vont travailler en partenariat avec le SMBT. La première, Géocorail, veut créer des récifs artificiels 100% naturels à base des déchets conchylicoles du bassin de Thau. La seconde Biocéanor entend développer, via l’intelligence artificielle et des images satellite, un réseau de suivi  lagunaire, apte à anticiper des phénomènes comme la malaïgue ou les eaux vertes.

C’est dans le cadre de la plateforme d'innovation territoriale* que le SMBT est entré en contact avec les deux start-up. De ces rencontres ont émergé des projets, conformes aux thématiques de la 2e édition d’Avenir Littoral**, l’une ayant trait à l’usage maritime d’éco-matériaux et l’autre sur l’observation et l’anticipation des risques.

Porté par Géocorail, le projet FIRCAP ouvre de vraies perspectives pour valoriser les déchets conchylicoles de l’usine du Mourre-Blanc basée à Mèze. C’est en effet à partir de coquilles inertes d’huîtres et moules, liées grâce aux minéraux naturellement présents dans l’eau, que vont être fabriqués les prototypes de récifs artificiels. Des ouvrages susceptibles de conforter les berges de la lagune, d’éviter l’ensablement des réseaux pluviaux ou de servir de corps-morts écologiques pour signaler les eaux de baignade. Encore à affiner, ces applications maritimes pourraient être dupliquées sur d’autres territoires littoraux.

Avec le projet SENSITHAU de Biocéanor, dix stations de mesure vont être placées dans la lagune de Thau pour relever différents paramètres (taux d’oxygène, turbidité, salinité, conductivité…). Agrégées et traitées grâce à des algorithmes spécifiques, ces informations, qui pourront être croisées avec des données météorologiques, de la mesure de terrain et l’exploitation d’images satellite, devraient permettre d’anticiper, de 1 à 5 jours à l’avance, les phénomènes d’anoxie (malaïgue), de potentielles contaminations microbiologiques et les blooms de micro-algues ou phytoplancton . Un outil précieux pour les professionnels de la pêche et des cultures marines.

Ce principe d’intelligence artificielle a déjà été testé par le SMBT dans les eaux souterraines pour anticiper le niveau des nappes phréatiques.

* La plateforme d’innovation territoriale est l’une des 14 actions emblématiques du Contrat de Transition Ecologique (CTE).

** La remise des prix aux lauréats de l'appel à projet « Avenir littoral » édition 2020 s'est déroulée le 29 septembre au Salon du littoral, à la Grande Motte.