Aller au contenu principal

Lancé en 2017, Dem’eaux, programme de recherches sur la ressource en eau du pli ouest, avance. Les premiers travaux ont déjà permis d’en apprendre plus sur cette ressource en eau stratégique pour le territoire. Prochaine étape : l’équipement de la vise, cette source sous-marine qui jaillit au droit de Balaruc-les-bains dans la lagune de Thau, a débuté le 8 avril.

Le karst pli Ouest alimente la Ville de Sète en eau potable, les thermes de Balaruc- les-Bains en eau thermale et contribue à la richesse de l’écosystème de la lagune de Thau. Quelle est la capacité de cet aquifère souterrain ? comment fonctionne-t-il ? Depuis près de deux ans, le programme Dem’eaux travaille à améliorer la connaissance sur cette ressource stratégique pour le territoire.

Tout l’enjeu de ce programme piloté par le BRGM avec le soutien de nombreux partenaires est de réaliser un modèle hydrogéologique 3 D permettant de simuler le fonctionnement de cet aquifère. Pour cela, les scientifiques et le SMBT travaillent depuis près de deux ans déjà sur le suivi des eaux (hauteur, température, qualité), la composition géologique du
réservoir et les différents cheminements des eaux souterraines.

Campagnes d’échantillonnage, synthèse des connaissances, tracages hydrauliques, campagne sismique, étude géochimique… ont déjà permis d’affiner la connaissance sur cet aquifère. Dans le cadre de ces travaux, le SMBT a équipé différents points du territoire de sondes piézométriques. L’objectif est de mesurer les variations de niveau de l’aquifère karstique en fonction des précipitations sur le bassin versant et des éventuels prélèvements qui ont lieu dans cet aquifère.

A terme, l’ensemble des données recueillies grâce à ce réseau de suivi permettra d’optimiser la gestion de ce réservoir stratégique pour le territoire. Plusieurs étapes restent encore à franchir jusqu’en 2021. Début avril, les équipes du BRGM vont procéder à l’équipement de la Vise, cette source sous-marine qui jaillit à 28 mètres de profondeur dans la lagune de Thau à l’ouest de la presqu’île de Balaruc-les-Bains.

Ce travail va permettre de mieux comprendre les interactions entre l’aquifère et la lagune via cette résurgence en répondant aux questions suivantes : d’où vient l’eau souterraine ? A quel débit, alimente-t-elle la lagune de Thau ? Comment prévenir le risque d’inversac, ces intrusions d’eau saumâtre qui peuvent perturber le fonctionnement de l’aquifère ?

Un dispositif sur mesure a été mis en place : « La Vise faisant l’objet de toutes les attentions, nous avons rencontré les professionnels de la pêche et de la conchyliculture, les communes concernées et échangé avec les différents acteurs
du territoire avant d’affiner le projet. Le principe étant bien sûr le libre écoulement des eaux, la technique a été adaptée à ce préalable et l’équipement est réalisé sur mesure », souligne Ariane Blum directrice du BRGM.

Cet équipement va permettre de mesurer la pression, la conductivité et la température ainsi que des analyses quantitatives et qualitatives de ces eaux souterraines. 

Le chantier a débuté en avril et devrait durer un mois environ. L’instrumentation au fond du gouffre restera en place plusieurs années, le temps d’acquérir les données essentielles pour le projet. Une maintenance particulière sera réalisée tous les six mois pendant toute la durée.