Aller au contenu principal

Construire un réseau d'acteurs et de citoyens engagés en faveur de la transition écologique est l'une des actions phares du CGITE* de Thau. C'est autour de l'eau, enjeu majeur du territoire, que le SMBT a commencé à tisser ce réseau. Epaulé par les experts en sciences participatives de l'INRAE**, le syndicat a choisi de solliciter des groupes déjà constitués (conseils citoyens, conseil de développement, caves coopératives...), y compris chez les jeunes. Des premiers contacts ont ainsi été établis avec un groupe animé par le service Enfance Jeunesse de Balaruc le Vieux le 9 juin dernier au Forum .

« Qu'est-ce qu'un fleuve ? D'où vient l'eau du thermalisme ? Peut-on s'abreuver aux fontaines ? Comment diminuer la consommation d'eau à la maison ? » Par le jeu, Nils Ferrand de l'INRAE a réussi d'emblée à capter l'attention des enfants. Agnès d'Artigues du SMBT a enchaîné en expliquant l'impact des ruissellements du bassin versant sur la qualité de la lagune. Et d'insister sur l'importance de réduire l'usage de produits phytosanitaires, d'entretenir les cours d'eau, d'économiser la ressource et de désimperméabiliser les sols. Très attentifs, les jeunes n'ont pas été avares de propositions. Sur la ressource en eau, ils suggèrent de puiser dans le lac du Salagou et de récupérer l'eau de pluie. Pour prévenir les inondations, ils imaginent des carrés de terre dans le goudron avec des arbres. « Vous pouvez trouver des solutions auxquelles personne n'a pensé, être amenés à les présenter aux maires et à les voir mettre en pratique, réagissait la chargée de mission du SMBT. Si vous le souhaitez, des sorties de terrain pourront aussi être organisées afin d'alimenter vos réflexions. »

Ravie des échanges, Sèverine Tadéo, directrice du service Enfance Jeunesse de Balaruc-le-Vieux, commentait : « L'éducation à l'environnement et l'action citoyenne sont au cœur du projet éducatif territorial de la commune. Notre projet de partenariat avec le Syndicat mixte du bassin de Thau correspond complètement à cette démarche. En effet, qui serait mieux placé que les nouvelles générations pour prendre conscience des enjeux environnementaux, s‘impliquer en ce sens par l’émergence d’idées, de propositions,  de sensibilisations, au sein de leur bassin de vie ? C’est un défi à relever ! ».

*Contrat de gestion intégrée et de transition écologique

**Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement