Aller au contenu principal

Chef de file du Projet Alimentaire de Territoire (PAT), qui devrait être finalisé d’ici deux ans, le SMBT va d’ores et déjà plaider pour diverses actions, en lien avec l’alimentation, engagées sur un périmètre englobant des communes de Sète Agglopôle Méditerranée (SAM) et de la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée (CAHM). Dans le cadre du Plan de relance, des aides publiques* conséquentes peuvent en effet être débloquées et ce avant même que le PAT ne soit achevé.

Parmi les dossiers défendus par le SMBT : les études préalables à la création d’une boutique de producteurs menées par SAM et l’incubateur imaginé par le tiers-lieux la Palanquée pour accompagner les projets alimentaires durables et solidaires. L’aménagement d’un Food Lab à Marseillan (lieu de rencontre entre citoyens et professionnels de l’alimentation tourné vers les produits locaux, avec à la clef des services, des ateliers, des animations, des conférences…) a aussi été inscrit dans la candidature. Tout comme les quatrièmes assises de Thau « Ora Maritima ». Prévu à l’automne, cet événement, qu’orchestre le SMBT tous les 2 ans depuis 2015, sera en effet consacré à l’alimentation et à la citoyenneté. Autres actions importantes pour le territoire : un programme d’éducation à l’alimentation dirigé par le CPIE du bassin de Thau, des études pour la création de zones agroécologiques sur les communes de Gigean et Montbazin ou encore une étude globale, pilotée par le SMBT, pour consolider la chaine alimentaire locale. L’objectif est d’évaluer précisément les besoins en produits locaux, la capacité du territoire à y répondre, le potentiel en structures de transformation et en logistique de circuits-courts.

Pour mémoire le PAT de Thau, impulsé par le SMBT avec le soutien de SAM, de la CAHM et de nombreux partenaires, est destiné à favoriser et promouvoir une alimentation locale, de qualité et accessible à tous. Il s'articule autour de trois enjeux : renforcer le lien entre terre et mer, générer une solidarité alimentaire de territoire et augmenter la résilience face au changement climatique.

* Des aides sont mobilisables via un appel à candidatures co-porté par la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt) et la Région Occitanie.