Aller au contenu principal

Vous êtes ici

Seconde vie pour les coquilles

A Thau, l’ostréiculture représente 10% de la production nationale. Au total, chaque année, 10 000 tonnes de sous-produits conchylicoles sont traitées pour préserver le milieu naturel de la lagune de Thau.

Le Traitement

Chaque année le Syndicat Mixte du bassin de Thau prend un charge dans le cadre d’une mission de service public la collecte et le traitement de près de 10 000 tonnes de sous-produits de la conchyliculture (principalement les coquilles).

Les déchets sont traités par la société COVED sur le site de l’Usine de Mourre Blanc à Mèze.

Après un premier tri manuel puis une séparation mécanique, les coquilles sont isolées dans des box  pendant  6 semaines ; le temps de la fermentation, nécessaire pour faire disparaître la matière organique présente dans les coquillages.

 

La seconde vie des coquilles

Les coquilles démarrent une seconde vie à l’issue de cette période.

La coquille d’huître possède des qualités très recherchées.

Riche en calcaire et en oligo-éléments, elle est le plus souvent utilisée comme « complément alimentaire » pour les terres agricoles ou de nourriture pour les volailles. Plus surprenant encore, elle peut entrer dans la composition de peinture de signalisation, de ciment ou encore de pavés.

Les coquilles de moules, quant à elles, restent une très bonne solution pour remblayer des chemins, des terrains argileux ou encore des carrières.

Le Syndicat Mixte du bassin de Thau et la société COVED recherchent en permanence de nouvelles filières de valorisation.  Ces recherches s’orientent majoritairement sur des filières  locales dans le but de réduire l’empreinte environnementale.

 

13 000 tonnes d’huitres produites par an

10 000 tonnes de déchets (coquilles)

 

 

A voir aussi