Aller au contenu principal

Vous êtes ici

Depuis les années 90, de gros travaux ont été réalisés en matière d’assainissement collectif pour limiter les rejets dans la lagune et donc les pollutions ; mais ils ne sont pas suffisants.

Les dysfonctionnements des réseaux pluviaux sont une source de pollution de la lagune.

La mise en place  d’une stratégie pour la gestion en temps de pluie de ces réseaux est une priorité.

16 millions d’euros de travaux sont prévus de 2012 à 2017.


 

 

Objectif : Une bonne qualité des eaux

 

Pour garantir une qualité des milieux aquatiques, la gestion de l’assainissement doit s’accompagner des eaux pluviales.

 

L’étude Oméga Thau a identifié les intéractions hydrauliques que peuvent avoir les réseaux d’assainissement et pluviaux. Les dysfonctionnements des réseaux d’assainissement entraînent des déversements dans le réseau pluvial et puis vers la lagune. A l’inverse, les mauvaises connections et la saturation des réseaux pluviaux peuvent être responsables à certains endroits de dysfonctionnements sur le réseau d’assainissement.

 

Le ruissellement pluvial est lié à plusieurs facteurs : la météo, la configuration du bassin versant et l’urbanisation augmentant l’imperméabilité des sols. Les ruissellements importants lessivent les sols et mobilisent les pollutions qui y étaient déposées. Les eaux pluviales urbaines ont une qualité dégradée, et peuvent être chargée de différents micropolluants (métaux, produits phytosanitaires, hydrocarbures, microplastiques..) ou microbiologiques. Ces eaux pluviales peuvent par la suite dégrader la qualité des eaux de la lagune de Thau.

Enfin, sur certains secteurs, les eaux pluviales peuvent entraîner des surcharges hydrauliques dans les réseaux et des problèmes d’inondations localement.

Les solutions à développer

Des solutions techniques exi tent pour prendre en charge les surcharges hydrauliques par temps de pluie :

  • Retenir l’eau et intercepter les écoulements le plus tôt possible.
  • Optimiser l’utilisation des réseaux d’assainissement d’eaux pluviales et d’eaux usées.
  • Construire des bassins de stockage des eaux pluviales.
  • Organiser le délestage du bassin versant vers un bassin moins sensible.
  • Renforcer les capacités d’infiltration des sols.
  • Prévoir un traitement des eaux pluviales polluées.

La mise en œuvre des Schémas Directeur de gestion des eaux pluviales

Fruit d’une analyse poussée des réseaux pluviaux, le schéma directeur propose les aménagements nécessaires afin de supprimer les dysfonctionnements actuels en tenant compte de l’urbanisation actuelle et future. Deux enjeux majeurs sont identifiés : assurer la qualité de l’eau (limiter la pollution des eaux lagunaires) et la gestion des volumes (limiter le risque inondation et le débordement des réseaux)

Sur Thau, ils sont réalisés à l’échelle des Bassins versants. Leur réalisation conditionne toute nouvelle l’ouverture à l’urbanisation.

Le SMBT apporte son expertise pour la réalisation des Schémas Directeur de gestion des eaux pluviales sur le territoire.

  • Sur Sète et Marseillan, la réalisation s’est achevé en 2013, une première programmation de travaux est établie.
  • Sur les 8 communes de la CCNBT, Gigean et Balaruc-le-Vieux, Balaruc-les-Bains et Frontignan  les schémas sont en cours de réalisation.
  • Sur Vic la Gardiole et Mireval, le schéma directeur est en cours de lancement.

 

Téléchargement:

 

 

les-FAM_nouvelle_valeur-de-référence-pour-la-qualité-de-l_eau-de-la-lagune-de-thau.pdf (584 Ko)

A voir aussi