Aller au contenu principal

Vous êtes ici

Activités de loisirs

 

La Plaisance constitue une source d’attractivité du territoire de Thau.

Les activités nautiques prennent des formes multiples, sur la lagune, dans les canaux et en Mer.

Ces activités peuvent avoir des impacts sur la qualité des masses d’eau. Réglementer ces pratiques, sensibiliser, sont essentiels pour préserver la qualité de l’eau de la lagune et donc l’activité économique.

Les politiques publiques menées sur le territoire vont dans ce sens : organiser et mettre en place un cadre réglementaire pour ces activités.

La plaisance

La lagune de Thau a cette particularité d’être un point de transit entre deux voies fluviales importantes : le canal du Midi et le canal du Rhône à Sète. Elle est le siège d’un trafic important de pénichettes estimé à environ 8 000 passages/an.

La plaisance est donc une activité largement représentée sur le territoire de Thau, qui compte au total plus de 5100 emplacements répartis dans de nombreux types de structures.

On distingue :

  • Les ports de plaisance « classiques » affectés à la plaisance et disposant d’un bon niveau de service (Frontignan, Port Saint-Clair, Marseillan-plage).
  • Les 6 ports mixtes de l’étang de Thau dont 4 départementaux (Bouzigues, Mèze, Mèze les Nacelles et Marseillan Tabarka), un communal (Marseillan-ville), un sans statut (Pointe courte à Sète) où se côtoient activités professionnelles et activités de plaisance.

D’autres activités de loisirs sont également présentes sur la lagune : kite-surf, wind-surf, plongée…

 

Limiter les impacts sur les milieux aquatiques

Les activités nautiques ont des impacts directs sur leur environnement : la circulation des bateaux sur la lagune entraîne des perturbations dans le fonctionnement du milieu naturel.

Selon les saisons, les espèces ont des niveaux de sensibilité différents ; la période estivale étant la plus critique.

Les activités de plaisance peuvent être à l’origine de plusieurs types de pollution des milieux aquatiques :

  • les sources de pollutions liées aux embarcations : fonctionnement des moteurs, pompes à cales, peintures anti-salissures, lavages et entretien des embarcations et des moteurs, opérations de remplissage des carburants, rejet des eaux usées.
  • les sources de pollutions liées aux activités techniques portuaires, fortement liées à la conception des ports et de leurs installations : gestion des déchets, conception des aires techniques, des stations d’avitaillement, des quais de stationnement….
  • les sources de pollutions liées à l’entretien des infrastructures portuaires : lavages, nettoyage, opérations de dragage des accès aux ports….

L’ensemble des ports de plaisance « classiques » et mixtes disposent d’un bon niveau d’équipement et de services (capitainerie, accueil, sanitaires, etc.).

 

Des efforts en matière d’équipements

Différentes actions de management environnemental menées par le Département de l'Hérault et les communes concernées ont permis de réaliser des travaux importants sur la majorité des ports. Ils sont pour la plupart pourvus d’aires de carénage équipées pour le traitement des eaux, de déchetteries et de pompes à eaux grises et noires.

 

Port Sud de France réalise actuellement des investissements  importants sur le port de plaisance de Sète de mise aux normes environnementales : aire de carénage, déchetterie et récupération des eaux grises et noires. Ces investissements s’intègrent dans un processus d’amélioration des pratiques environnementales dans les ports de plaisance. Port-Sud de France a décidé d’investir 300 M€ sur dix ans pour rendre le port de Sète-Frontignan plus attractif, plus fiable, plus compétitif.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre du « Plan de référence » du site des Onglous, la commune de Marseillan prévoit d’équiper le site d’une « halte pénichettes » dotée d’une station de pompage des eaux noires et des eaux grises.

A l’autre porte d’entrée de la lagune, la Ville de Frontignan aménage une halte fluviale dotée de tous les équipements nécessaires à l’accueil des escales fluviales de courte durée.

Enfin, le Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau en cours d’élaboration, envisage la possibilité de créer des normes spécifiques pour l’équipement des navires fréquentant la lagune en matière de stockage et de traitement des eaux usées.

 

Une réglementation adaptée à la lagune

Sur la lagune, le mouillage est réglementé par arrêté préfectoral. Des zones de stationnement sont définies et les pratiques encadrées. Le mouillage est notamment interdit sur environ 50% des berges de Thau (façade sud, anse du Barrou, Crique de l’Angle).

Les conditions de circulation et de stationnement sur la lagune sont définies par arrêté préfectoral :

  • Vitesse limitée
  • Matérialisation d’un chenal de navigation intérieur
  • Encadrement des activités de loisir nautique

Les règles relatives à la qualité du milieu :

  • Interdiction de déverser des eaux noires ou grises
  • Obligation d’utiliser les capacités de récupération des eaux noires ou grises mises à disposition dans les ports ou obligation de conserver ces eaux usées à bord pendant toute la traversée.

En matière de sensibilisation, le Syndicat mixte du bassin de Thau a édité un guide des bonnes pratiques à l’usage des plaisanciers de la lagune.

 Consulter le Guide des bonnes pratiques.pdf (536 Ko)

A voir aussi